Équipe artistique

Xavier de Lignerolles

Xavier de Lignerolles

Ténor

Après des études de violon, dès l’âge de 6 ans, Xavier de Lignerolles intègre la classe de chant de Pierre MERVANT, au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.

Il se perfectionne dans la musique baroque aux côtés de Kenneth Weiss, dans le lied et la mélodie aux côtés de Jeff Cohen et Anne le Bozec, ainsi que dans le répertoire contemporain auprès de Graciane Finzi et obtient son DFS de Chant en juin 2010.
Depuis 2008, il aborde un répertoire varié : Mr Cerise et le Directeur de cirque dans Pinocchio d’Étienne Perruchon au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines sous la direction de Pierre-Michel Durand, le Comte Barigoule (Cendrillon de Pauline Viardot), à l'Auditorium du Musée d'Orsay sous la direction d’Emmanuel Olivier, le Réceptionniste et Toni (El Regreso, Oscar Strasnoy), au Festival d'Aix-en-Provence, Edoardo Milfort (La Cambiale di Matrimonio, Rossini), au Théâtre de Bastia, Don Curzio (Le Nozze di Figaro, Mozart), sous la direction de Paolo OLMI, à l'Opéra National de Lorraine, Alfred (la Chauve-Souris de Strauss), Alstof von Reisenberg (Les Conjurées, Schubert), à l’Opéra de Saint-Etienne et à la Salle Poirel de Nancy, le rôle d’Antti Puuhaara, dans le Conte Musical Antti Puuhaara, de Tapio Tuomela, à la fondation Sibelius d'Helsinki (Finlande) et à l'Opéra de Saint-Etienne, le rôle d'Harlekin dans Der Kaiser von Atlantis, Gastone dans Traviata, le rôle de Martin dans la Cantate Policière la Digitale de Juan Pablo Carreno, au Théâtre de la Criée et au Teatro Colon de Bogota (Colombie), Alessandro dans Eliogabalo de Cavalli, au Grand Théâtre de Calais, le Préfet de police dans la Lettre Volée de Denis Bosse, à Bruxelles, le rôle d'Enée dans Didon et Enée de Purcell, le rôle du Dr Diamond dans Ce qui vit en nous de Baudouin de Jaer, Seven Stones au Konzerthaus de Dortmund, sous la direction de Leo Warynski…
De 2007 à 2016, il chante régulièrement au sein des Solistes de Lyon-Bernard Tetu, aussi bien de la musique sacrée que de l’opéra.

En 2012, il crée, avec Cecil Gallois, l’Ensemble vocal a cappella Tarentule.

En scène, il travaille sous la direction de Jean Lacornerie, Vincent Vittoz, Sybille Wilson, Mariame Clément, Thierry Thieû Niang, Jeanne Debost, Emmanuelle Cordoliani, Eric Oberdorff, Alexandra Lacroix, Aurélie Hubeau, Pierre Thirion-Vallet, Philippe Godefroid, Stéphane Arcas, Frédéric Dussenne, Jacques Dombrowski…

De 2007 à 2016, il chante régulièrement au sein des Solistes de Lyon-Bernard Tetu, aussi bien de la musique sacrée que de l’opéra.

Depuis 2010, il collabore avec l'Ensemble Musicatreize, dirigé par Roland Hayrabedian, ce qui permet à Xavier de Lignerolles d'être aujourd'hui un des ténors français spécialisés dans le répertoire contemporain et de travailler avec des compositeurs tels que Michel Petrossian, Zad Moultaka, Alexandros Markéas, Luca Antignani, Benoît Menut ou bien encore Philippe Schoeller.

En 2012, il chante la partie ténor soliste dans la création de l’oratorio Paraboles du pianiste Noël Lee, pour quatre mains, chœur et ténor solo, sous la direction de Léo Warynski.

Son répertoire s’étend également à l'oratorio : on a pu l’entendre dans la IXème Symphonie de Beethoven, le Requiem de Mozart, la Messa di gloria de Puccini, le Stabat Mater de Dvorak, le Psaume XIII de Liszt, les Passions de Bach, l’Enfance du Christ de Berlioz, la Création de Haydn, la Lobgesang de Mendelssohn...

En juin 2022, il a assuré la partie de ténor soliste lors de la création de l’oratorio Et puis, le monde bleu de Fabrice Boulanger et Jean-Noël Poggiali, accompagné par Aline Piboule au piano, à Grenoble et à Villard Bonnot.

Il monte un duo, avec l’accordéoniste Fanny Vicens, avec laquelle il interprètera  le cycle Winterreise de Schubert en concert, dès la saison 22/23.

En octobre 2022, il chantera le rôle d'Uriel dans La Création de Haydn, à Paris, sous la direction de Dominique Simonnet.

En 2023 aura lieu la création de l'opéra Carmen, Cour d'Assises, de Diana Soh, mise en scène Alexandra Lacroix, dirigé par Lucie Legay, dans lequel Xavier de Lignerolles interprétera le rôle de José, l'accusé, l'action se déroulant après la mort de Carmen. Avec l'Ensemble Ars Nova. Création au Grand Théâtre de Poitiers le 04 mai 2023. Reprises jusqu'en janvier 2024, au Théâtre du Luxembourg, à Bruxelles, à la Fondation Gulbenkian de Lisbonne (Portugal) et sur d'autres scènes européennes... Projet en coproduction avec la Queen Elisabeth Music Chapel (Belgique).

Une tournée de six concerts du Requiem de Mozart, en soliste, est à venir pour l'automne 2023.

Xavier sera l'un des trois solistes dans le futur opéra de Sophie Lacaze intitulé l'étoffe inépuisable du rêve, avec l'Ensemble Orchestral Contemporain, sous la direction de Bruno Mantovani, mise en scène signée Pierre-Thirion Vallet. Création les 19 et 20 mars 2024, à Clermont-Ferrand.

Cecil Gallois

Cecil Gallois

Alto

Cecil Gallois étudie au CNR de Nantes puis au CMBV. Il y travaille auprès de V. Dumestre, P.Cohen-Akenine, T. Koopman). Il chante avec L. Equilbey, J. Correas, H. Reyne, Christophe Rousset. Il a chanté en soliste avec E. Haim.

Avec la Compagnie manque pas d’airs, il interprété les rôles de l'Enchanteresse et de l'Esprit et dirigé les choeurs dans Didon et Enée de Purcell en 2011 , le rôle d’Eccliticco dans Il mondo della Luna de J. Haydn en 2012. Avec l’ensemble Les Monts du Reuil, il interprété le rôle de Blaise, dans Le docteur Sangrado de Laruette et Anseaume, à l’opéra de Reims en 2013. En 2014, il endosse le rôle de Blondineau dans le soldat magicien de Philidor, participe en tant que soliste au spectacle Golgota de Bartabas. En 2011, Il crée et co-dirige l’Ensemble de musique vocale a cappella Tarentule, avec Xavier de Lignerolles. En décembre 2015, il interprète le médecin légiste dans La Digitale, de JP Carreño, à l’opéra de Marseille, dirigé par R. Hayrabedian. En 2017, il a interprété Hansel dans Hansel et Gretel de Humperdinck, avec la metteur en scène Sybile Wilson. Il participe en tant que chanteur à l’enregistrement de Vasta avec Iakovos Pappas.

Avec Opérabus, il est Télémaque et Ulysse dans les Aventures de Télémaque de Destouche. Avec l’Ensemble La Chambre, de J-S Bauvais, il chante la Prophétie des Sibylles à Monaco et Chapelle Royale de Versailles.

En octobre 2021, il crée une performance autour de chants d’oiseaux lors de l’évènement Nuit Blanche à Paris, en collaboration avec la plasticienne Sophie Lambert.

À l’occasion de la Biennale d’Art Contemporain de Venise 2022, il collabore avec la plasticienne Arianne Michel sur le projet Il concerto dell’ Acqua.


Autour du noyau vocal que forment les deux directeurs Cecil Gallois & Xavier de Lignerolles, un ensemble de chanteurs réguliers, choisis pour leurs qualités vocales, la couleur de leurs timbres et leur connaissance de la musique a cappella, vient compléter la polyphonie selon les nécessités propres à chaque répertoire.

Marie Cubaynes

Marie Cubaynes

Mezzo-soprano

Née à Toulouse au sein d’une famille d’artistes, Marie Cubaynes reçoit d’abord une formation complète de pianiste au CNR de Toulouse, avant d’en intégrer la Maîtrise d’Enfants.

En 2006, elle commence l’étude du chant lyrique auprès de la soprano Michèle Command et obtient un DEM au CNR de Paris. Elle intègre ensuite en 2011 l’Opéra-Studio de l’Opéra National du Rhin (Strasbourg).

Depuis 2013, elle mène une carrière de soliste aussi bien en France, qu’à l’étranger (Suisse, Allemagne, Finlande, Japon…), travaillant sous la direction de chefs tels que René Jacobs, Enrique Mazzola, David Syrus, Daniele Callegari, Marko Letonja… et de metteurs en scène tels que Sir Jonathan Miller, Olivier Py, Stéphane Baunschweig, Waut Koeken, Christophe Gayral… Parmi ses principaux rôles : Cherubino (Mozart, Le Nozze di Figaro), Dorabella (Mozart, Così fan tutte), Concepciòn (Ravel, L’Heure Espagnole), Kate Julian (Britten, Owen Wingrave), Flavia Gemmira (Cavalli, L’Eliogabalo), Ernestina (Rossini, L’Occasione fa il ladro), La Reine (Lange, Schneewittchen)…

Récemment, elle a chanté le rôle de Valentina dans Laïka, le chien de l’Espace au Nouvel Opéra Fribourg (Suisse), opéra contemporain de Russel Hepplewhite ; avec le Théâtre du Capitole de Toulouse et l’Ensemble Justiniana, elle a pris part au spectacle itinérant Péniche Offenbach, mis en scène par Charlotte Nessi, d’abord à Toulouse et région Occitanie, puis en Bourgogne-Franche Comté.

Depuis 2019, elle travaille régulièrement au sein de l’Ensemble Tarentule.

Hélène Richer

Hélène Richer

Soprano

Après s’être consacrée dès son plus jeune âge à l’étude de la musique et du chant en Lorraine (CNR, Université de musicologie de Metz), Hélène Richer approfondit ses études vocales sur Paris (conservatoire du 7ème, Maîtrise ND de Paris). Elle collabore avec de nombreuses formations, recouvrant des styles très variés allant de l’époque médiévale à la création contemporaine, sur scène, en concerts ou en enregistrements. Enfin, dans une dynamique d’exploration du processus thérapeutique lié à la créativité, elle est certifiée CNCP Art-thérapeute en octobre 2017 et exerce dans différentes structures de soin. Elle travaille régulièrement avec l'Ensemble Tarentule.

Harmonie Deschamps

Harmonie Deschamps

Soprano

Française d’origine italienne, Harmonie obtient son Master de Chant en 2017 dans la classe de Valérie Guillorit au Conservatoire National Supérieur de Paris, où elle s'est également formée auprès d'Anne Le Bozec, Susan Manoff, Olivier Reboul...

La soprano se produit depuis plusieurs années sur les scènes de France et à l’étranger, dans des projets très variés. Elle a une solide expérience de la musique ancienne et polyphonique a cappella par laquelle elle s'est formée depuis l'enfance. Ses affinités musicales sont depuis toujours très diverses; de l'opéra à la mélodie et au lied, la comédie musicale et l'opérette, en passant par la chanson, la musique contemporaine...

Elle se produit ou donne régulièrement des Master-classes à l’étranger (Inde – tournées Tales of the Night (2016), Song of the Heart (2017), Paris to Broadway (2021), master class L’Art de la mélodie Française (2020) en partenariat avec l’Ambassade de France et la NMF en Inde... - KIMS Festival 2016 (Kyoto, Japon)...).

De 2016 à 2020, Harmonie a entre autres incarné le rôle-titre de La Servante Maîtresse de Pergolesi (Opéra de Reims), « Proserpina » dans "Orfeo, par-delà le Gange", (d’après Monteverdi) dirigé par Françoise Lasserre (Arsenal de Metz, Opéra de Reims), puis « Phénice » et « Mélisse », dans Armide de Gluck (Opéra de Bordeaux, Philarmonie de Paris) sous la baguette de Marc Minkowski. Elle a été « Carolina » dans Il Matrimonio Segreto de Cimarosa, mis en scène par Julien Lubek et Cécile Roussat, « Pauline » dans La Vie Parisienne d’Offenbach (Opéra de Bordeaux) et Soprano 2 Solo dans la Grande Messe en Ut de Mozart avec l’ensemble Mélisme(s) (Opéras de Rennes et Nantes, Besançon).

Harmonie a suivi une intense formation théâtrale (Classique et Contemporain, Commedia dell'Arte, clown, marionnettes...). En 2019, elle fonde l'Ensemble Lilanoor (spectacles et concerts Buried Treasures, Les Impromptus, Cease, Sorrow!...). En 2022 ils créeront le programme Sangam, Confluences (Troyes, Genève...).

Elle est membre fondateur du nouveau Lilanoor Center for Voice and Music (New Delhi).

Sterenn Boulbin

Sterenn Boulbin

Soprano

Après des études musicales très complètes (premiers prix de piano, chant lyrique, musique de chambre, écriture musicale) en Normandie puis au CNSM de Paris, Sterenn se perfectionne en chant lyrique au Conservatoire d’Aix-en-Provence et y obtient un DEM dans la classe de Laure Florentin puis un DEM spécialité musiques anciennes dans la classe de Monique Zannetti.

À la scène, elle interprète "Pauline" dans La Vie Parisienne d'Offenbach, "Sangaride" dans Atys de Lully à l'Opéra National d'Athènes, "Anna Duyret" dans l'Expérience de Denis Chevalier au Théâtre du Rond-Point à Paris, "Bastienne" dans Bastien & Bastienne de Mozart, la "première sorcière" dans Didon et Enée de Purcell.

Elle est régulièrement invitée à chanter en soliste le répertoire d'Oratorio: Te Deum de Charpentier, Magnificat  et Miserere de Zelenka, Oratorio de Noël,  Magnificat ainsi que des Cantates de Bach, Le Messie de Haendel, La Création de Haydn, Petite Messe Solennelle de Rossini, Requiem allemand de Brahms, Stabat Mater de Lachner, Le Roi David d'Honegger, Cantate Saint Nicolas & Rejoice de Britten, Requiem de Fauré. 

Depuis 2016, elle chante régulièrement au sein du groupe vocal a cappella Les Voix Animées le répertoire de la Renaissance mais aussi des chansons et des musiques instrumentales adaptées pour la voix, notamment dans leur ciné-concert "Charlot, Octave et Bobine",  joué à l’amphithéâtre de la Cité de la Musique à Paris.

Passionnée par la pédagogie, elle a enseigné pendant près de dix années la formation musicale, le piano et le chant, au Conservatoire Mozart de Paris ainsi qu’au Conservatoire de Vincennes.

Jean-Noël Poggiali

Jean-Noël Poggiali

Ténor

Après des études d'Économie et de Musicologie à l'Université de Franche-Comté, Jean-Noël Poggiali se consacre au chant. Élève au Conservatoire National de Région de Lyon, il obtient un diplôme d'histoire de la musique puis un prix de chant dans la classe de Jacqueline Nicolas. Il suit des master classes (Richard Miller, Nicole Rouillé, Serge Zapolsky, Jean-Christophe Benoît…) et approfondit la technique vocale auprès de Catherine Maerten.

Il campe le rôle de Giovinetto (Il Barbiere di Siviglia, G. Paisiello) avec la Grande Écurie & la Chambre du Roy sous la direction de Jean-Claude Malgoire ainsi que ceux de Léandre (Le Médecin Malgré lui, Ch. Gounod), Don Curzio (Les Noces de Figaro, Mozart), M. Triquet (Eugène Onéguine, Tchaïkovski). Il incarne Gastone (Traviata - Verdi) au Summum de Grenoble et Monostatos (La Flûte enchantée, Mozart) à Grenoble puis en Espagne. Il est également un Frère (Joseph, E. Méhul) au Théâtre Impérial de Compiègne. Il chante à plusieurs reprises à l'Opéra-Théâtre de Besançon : le Journaliste (Les Mamelles de Tirésias, F. Poulenc) ou encore Flavio (Norma, V. Bellini). Il est l'Aviateur pour la création française du Vol au-dessus de l'océan (Lindberghflug, de K. Weill) à l'Allan, Scène Nationale de Montbéliard.

Il chante des rôles d'opéras baroques comme Aeneas (Dido & Aeneas - H. Purcell), Apollon & Zerbin (Les Festes de Thalie, J.-J. Mouret) pour le Festival du Vieux-Lyon, Cléon (l'Yvrogne corrigé, C. W. Glück) et Bastien (Bastien & Bastienne, W. A. Mozart) qu’il incarne en tournée avec le Studio Vocal Lyonnais. Il est Don Pietro (Lo Frate 'nnammorato, G. B. Pergolesi) lors de la création française de cet opéra bouffe napolitain.
Il chante également le répertoire musical de la renaissance avec l'Ensemble Cancionero (direction Philippe Loeuillet).

Il prend régulièrement part à des créations de théâtre musical (Les caprices de Marianne, Le chat botté, le Jongleur de l'Arc-en-ciel, Grand peur et misère du IIIe Reich, le concert d’Orphée ou la voix lointaine d’Eurydice…), mêlant les pratiques du chant, du théâtre et même de la danse.

Vincent-Arnaud GAUTIER

Vincent-Arnaud GAUTIER

Baryton/Basse

Vincent-Arnaud Gautier étudie dès son plus jeune âge le solfège, le piano et le chant choral en horaires aménagées au conservatoire de Toulouse et découvre l’opéra au sein de la maîtrise du Théâtre du Capitole de Toulouse.
Plus tard, c'est auprès de Christian Crozes qu’il commence son apprentissage du chant, et poursuit aujourd’hui son perfectionnement auprès de Lionel Sarrazin.
Vincent-Arnaud incarne les rôles de basse (Drunken Poet, Sleep, Corydon, Winter, Hymen) dans The Fairy Queen de Purcell, sous la direction de Markus Hünninger, le Comte Almaviva dans Les Noces de Figaro de Mozart, Don Pedro de Hinoyosa dans La Perichole d'Offenbach, ou encore le rôle de Colas dans Bastien et Bastienne de Mozart avec l'Orchestre Mozart de Toulouse (dir. Claude Roubichou) et la compagnie Lézard Lyrique ; Orchestre Mozart de Toulouse avec qui il donne également un récital autour de l’oeuvre de Rossini.
En 2019 et 2020, il interprète les rôles de Figaro dans Le Nozze de Figaro de Mozart et Zarastro dans La Flûte Enchantée.
Il interprète également en soliste plusieurs oratorios : le Magnificat de C.P.E. Bach, la Messe aux Chapelles de Gounod, le Beatus Vir RV597 de Vivaldi, la Messe de l'Homme Armé de Jenkis, le Requiem de Fauré ainsi que le Requiem de Mozart, la Petite Messe Solennelle de Rossini, ou encore la Missa in Angustiis de Haydn.

Frédéric Albou

Frédéric Albou

Basse

La relation entre la musique et les mots est au coeur du parcours artistique de Frédéric Albou. Aussi sa vocation le conduit-il aussi bien à écrire (Quand reviennent les âmes séparées, aux Editions Unicité, et un second livre à paraître à l’automne 2021), qu’à redonner vie aux premières poésies en langues romanes (programme Tan cuiaua saber damors, consacré aux troubadours occitans, avec les auzels de lonh), à explorer le répertoire de mélodies et Lieder, dans plusieurs langues (20 cycles complets, en français, en allemand, en russe, en anglais, et des mélodies en italien, en espagnol ou en finnois), à incarner des rôles d’opéras (Wotan de La Walkyrie et de L’Or du Rhin, Don Giovanni, Don Quichotte, Aleko, Colas Breugnon, dont il donne la première française, à Clamecy, en 2019), ou à mettre sa voix de basse aux graves étendus au services d’ensembles comme le Huelgas Ensemble, Kérylos, Tarentule, le Balcon, le Remède de Fortune, ou Vt MuÅ¿ica PoeÅ¿is.
Improvisateur, comédien, pédagogue, il est également particulièrement attaché à la défense de la musique contemporaine, et créateur de plusieurs oeuvres, de Myeczyslaw Weinberg, Jean-Christophe Rosaz, Itaï Daniel, ou Sylvia Filus.
Il est le fondateur du collectif Man-naM.

Christophe GRAPPERON

Christophe GRAPPERON

Basse

Il étudie l’accordéon, la musicologie, le Chant avec Daniel Delarue et la direction avec Pierre Cao, Catherine Simonpietri, Nicolas Brochot. Après avoir été directeur pédagogique à l’Académie-de-Musique dirigée par Jean-Philippe Sarcos, il anime encore des stages de chant choral, d’orchestre, ou musique de chambre. Marc Minkowski lui confie la direction du choeur des Musiciens du Louvre•Grenoble de 2002 à 2007.

Il assure depuis 2007 la direction musicale de la compagnie « Les Brigands » aux côtés de Loïc Boissier. En 2013 Laurence Equilbey lui propose de devenir chef associé principal d’Accentus. Rachid Safir lui confie l’ensemble « Solistes XXI » . Il conduit de nombreux projets participatifs à l’Opéra-Comique.

Jean-bernard ARBEIT

Jean-bernard ARBEIT

Baryton/Basse

Après des études de chant dans la classe de F.Jeser à Mulhouse, Jean-Bernard Arbeit poursuit sa formation lors de masterclass auprès de M.Gester, J.Feldman, M.Habela et au contact d’A.Steyer à la Maîtrise de Colmar. Il collabore avec les ensembles: Aedes, Akademia, Arsys, Les Eléments, L’Ensemble Jacques Moderne, Le Choeur de Chambre Suisse. Son parcours musical le mène dans les festivals les plus réputés : Ambronay, Beaune, La Chaise-Dieu, Sablé, Lucerne … Il fréquente également le monde de l’Opéra dans les Choeurs de Lyon, Strasbourg, Toulon et Marseille . Il se produit comme soliste en musique sacrée (Oratorios et Cantates de Bach, Messes et Requiem de Mozart, Petite Messe Solennelle de Rossini, Requiem de Fauré) et sur scène dans la Flûte Enchantée, Bastien Bastienne, Un Vol au dessus de l’Océan ( K.Weil) ….